Quelques réflexions sur la forme physique

Pour beaucoup d'entre nous, la vie devient de plus en plus sédentaire.

On nous dit souvent que pour se maintenir en bonne forme cardiovasculaire, nous avons besoin de davantage d'exercice physique.

Cela est certainement vrai pour la plupart d'entre nous, quel que soit notre âge. Si vous n'êtes pas de ceux qui pratiquent déjà un sport d'une manière régulière, la question se pose, donc : quel type d'exercice vous conviendrait-il ?

Essayez de vous rappeler la dernière fois que vous avez fourni un réel effort physique…

Une promenade à la campagne, peut-être ? Un peu de jardinage ? Un petit sprint pour attraper un bus ? Quelques meubles qu'il a fallu déplacer ? Une invitation à danser ? Un jeu sportif que vous n'aviez pas trouvé le temps de pratiquer dernièrement ?

EST-CE QUE CELA VOUS A FAIT PLAISIR ?

Comment l'avez-vous ressenti, sur le coup ?

  • Vous auriez pu faire davantage ?
  • Cela vous a fatigué, mais vous avez senti que vous pouviez retrouver vos capacités assez rapidement ?
  • Vous avez remarqué que vous n'étiez plus aussi jeune qu'avant ?
  • Vous étiez content de ne pas être obligé de faire cela tous les jours ?
  • Vous souhaitiez perdre un peu de poids ?

Comment vous êtes-vous senti le lendemain ?

  • Assez content de vous ?
  • Un peu raide mais pas découragé ?
  • Gêné par un petit torticolis, peut-être ?
  • Un genou ou une cheville tordue ?
  • Mal au dos ?

Toutes ces réactions doivent être prises au sérieux en choisissant le type d'exercice qui vous conviendra. Ne laissez personne vous persuader de tenter des choses pour lesquelles vous ne vous sentez pas préparé.

Par-dessus tout, choisissez quelque chose d'AGREABLE, qui vous fait PLAISIR, et que vous pouvez augmenter progressivement si vous le souhaitez.

Et ce que je tiens vraiment à vous dire, c'est de choisir quelque chose que vous trouvez AGREABLE EN SOI – pas une activité qui ne vous satisfait qu'en pensant à tout le bien que cela va vous faire !

Et s'il vous plaît, ne vous précipitez pas à faire des exercices pour renforcer tel ou tel muscle – que deviendront tous les autres qui sont censés travailler en synergie, d'une manière équilibrée ?

Il y a un autre aspect de l'exercice dont on ne parle presque jamais.

On ne dit pas assez souvent que "la forme" est définie par une diversité d'éléments qui, pris dans leur ensemble, constituent votre santé.

Quelques aspects de la forme physique

La forme cardiovasculaire est l'aspect qui concerne le cœur et les vaisseaux sanguins.

Le système de locomotion fait référence aux os, muscles, cartilages, ligaments, etc., qui nous permettent de nous déplacer comme nous le voulons.

Le système nerveux est constitué du cerveau et des organes sensoriels, et du merveilleux réseau des nerfs qui s'étend partout dans le corps.

Il nous informe des conditions – internes et externes – et transmet les messages sur ce que nous voulons que fassent nos muscles, et ce que nous voulons qu'ils évitent de faire.

Quel que soit le type d'exercice que vous décidez de pratiquer, il est important de vous rappeler que CHAQUE PARTIE DE VOUS EST RELIEE A TOUTES LES AUTRES PARTIES. Vous êtes une UNITE, complexe et merveilleuse, avec la possibilité de faire toutes sortes de choses.

MAIS… supposons que vous endommagez une partie de votre système locomoteur : d'autres parties vont probablement en souffrir aussi, tôt ou tard.

Et à la longue, le système cardiovasculaire souffrira aussi, car vous ne pourrez plus lui donner l'exercice auquel il est habitué. Et votre système nerveux vous signalera, sans doute, que vous ne vous sentez pas très bien.

Tout cela est relié, car tout cela est VOUS.

Comment s'assurer qu'en faisant du bien à une partie, vous n'allez pas faire du mal à une autre ? Que ce soit en faisant de l'exercice ou simplement en vaquant à vos affaires quotidiennes, chaque mouvement que vous faites peut constituer un peu de "bon exercice", ou il peut au contraire vous nuire un petit peu, selon votre manière de vous coordonner pour accomplir le mouvement en question. L'effet est cumulatif.

Il est évident que vous ne pouvez pas, chaque fois que vous bougez, courir demander à quelqu'un si vous le faites bien ou non ! Mais il existe des lignes directrices, que vous pouvez apprendre, si cela vous intéresse. Le Centre Alexander est là pour vous aider dans cette démarche.

Si votre corps fait tout ce que vous lui demandez, avec facilité et confort, alors allez-y, exigez un peu plus – il y a toutes les chances pour que tout votre organisme vous en remercie. Mais si ce n'est pas le cas, certaines formes d'exercice peuvent aggraver le problème – soyez donc averti !

Pensez à votre voiture – si elle n'est pas en parfait état, elle vous servira toujours pour aller faire des courses près de chez vous. Mais est-ce que vous lui feriez confiance pour vos vacances dans les Alpes ? Votre propre système locomoteur est bien plus complexe, et encore plus précieux. Avant de lui demander plus, savez-vous comment vérifier qu'il fonctionne correctement ?

On vous a dit de consulter votre médecin avant de commencer tout nouveau programme d'exercice. Très bien : il pourra vous ausculter, vous conseiller, pour vous éviter de surmener votre cœur. Mais il y a une décision que vous ne pouvez déléguer à personne d'autre : celle de comment vous allez choisir de bouger. Nous sommes tous responsables de notre manière de bouger !

Nous devrions prêter plus d'attention à la qualité de nos mouvements, pas seulement à la quantité. Avant de bouger, nous pouvons nous préparer pour le mouvement, en nous accordant le temps de réfléchir :

  • Suis-je en équilibre ? (Si ce n'est pas le cas, je dois être en train de me raidir quelque part, pour m'empêcher de tomber.)
  • Suis-je libre de bouger ? (Conduire avec le frein enclenché ne me fera pas plus de bien à moi que cela n'en ferait à ma voiture.)
  • Quelles sont les parties que je veux bouger, et dans quelle direction ? (J'ai intérêt à savoir où je vais.)
  • Qu'est que vous savez sur votre personne dans son intégralité, cette unité que VOUS ETES ?

Voici d'autres questions que vous pouvez vous poser :

  • Est-ce que je sais où se trouvent exactement les articulations de mes hanches ? (La plupart des gens ne le savent pas !).
  • Quels sont les mouvements que je peux faire à cet endroit ?
  • Où se trouve l'articulation entre ma tête et mon cou ? (Encore moins de gens sont capables de donner la bonne réponse !)
  • Quels types de mouvements y sont possibles ?
  • Quel est l'incidence de l'articulation tête-cou sur celle de la hanche ?
  • Quel est l'effet de ces deux articulations sur mes genoux et mes chevilles ?
  • Comment toutes ces articulations influent-elles sur mon équilibre ?
  • Quel est leur effet sur ma respiration ?

Vous pensez peut-être que l'on aurait dû nous enseigner ces choses à l'école. Je suis d'accord – cela nous aurait évité beaucoup de soucis. En ce qui me concerne, je ne l'ai pas appris à l'école. Et vous ? Vos amis ? Vos enfants ?

Ne pensez-vous pas que vous avez le droit de savoir un peu plus sur la manière de prendre soin de vous en vous déplaçant, en bougeant ?

Aider les gens avec ces questions, c'est notre métier. Nous avons tous passé au moins trois ans à l'apprendre.

Pourquoi pas nous contacter pour en savoir davantage ?

Voir aussi La Pensée et le Muscle, chapitre 31. 

© Elizabeth Langford, 2002